Echos DD

• La route reprend son cours, en pedalant !

{ 10:44, 3.05.2008 } { Publié dans CARNET DE ROUTE } { 2 commentaires } { Lien }
Bloqués par les manifestations au Tibet et dans l’incapacité de rejoindre le Laos à vélo par la Chine, nous avons quelque peu changé nos plans. Nous avons décidé de rejoindre la Thaïlande par les airs, afin de poursuivre notre aventure. Nous partirons des Indes, sans trop de regrets, car il faut dire que cela ne s’est pas fait sans heurts...

Bangkok -> Wat Hong Tong
Ce n’est qu’après une journée catastrophe en Inde, durant laquelle, quelques individus nous ont montré l’aisance avec laquelle ils escroquent les gens, que nous avons enfin atteint la Thaïlande. Bangkok, terminus des péripéties indiennes, nouveau départ à vélo en Asie du sud Est. A la sortie de l’aéroport, c’est une claque d’air chaud et moite qui nous attrape par derrière, nous rendant la respiration difficile et le moindre mouvement laborieux. Un taxi nous amène, chargés de nos boites à vélos et de notre carton de sacoches au quartier de Kao San, où nous avions décidé de séjourner quelque temps, afin de remonter les vélos et de prendre la température du pays. Et nous ne serons vite dans le bain !



En effet, nous sommes tombés en pleine fête de l’eau, la célébration du Jour de l’An thaïlandais (Songkhran). Nous qui voulions nous guérir d’une forte fièvre rapportée fraîchement d’Inde, c’était raté ! Toute la journée durant, se sont enchaînés et pour 3 jours, cris, coup de sifflets, animation dans la rue, musique à plein volume, bataille d’eau et de plâtre, ceci jusqu’à 2-3h du matin, voir plus... Autant dire que nous avons très mal récupéré. Le lendemain nous nous sommes joints à la foule, nous sentant un peu plus en forme. Du midi au soir c’est dans un bain de foule que nous avons avancé, mouillé par les jets d’eau en provenance de tout part, blanc de la tête au pied du plâtre que les Thaïlandais appliquaient avec douceur sur nos visages en nous souhaitant une bonne année. Sourires pétillant des lèvres et des yeux, un sacré spectacle !



De retour dans notre chambre, pris par la chaleur étouffante du bâtiment, nous avons décidé de nous réfugier sur le toit pour dormir. Et telle ne fut pas notre erreur ! Nous avions mal anticipé les attaques virulentes de moustiques lancés à plein régime, le dard en avant, en escadrilles mortelles !!! De plus la musique tonitruante nous empêchait tout bonnement de dormir, sans compter sur la fièvre que nous traînions depuis 3 jours maintenant. De retour dans notre chambre nous nous endormons boules Quies aux oreilles. C’est ce moment que choisis un étranger pour s’introduire dans notre chambre et nous voler notre appareil photo. Ca en était trop ! Le lendemain, nous changeons de Guest-House pour un endroit plus tranquille et moins passant à quelques rues de là. C’est encore une nuit de chaleur et de sueur que nous passons difficilement. Le lendemain nous nous décidons enfin à prendre une chambre climatisée. Oh joie de la technologie, nos pieds vont dégonfler!



Qu’il est frustrant de ne pouvoir sortir et marcher pour explorer une ville inconnue sans être pris d’une fatigue soudaine et d’un mal de tête carabiné. Afin d’être fixés sur notre maladie, c’est dans un hôpital ultra moderne et immaculé de Bangkok que nous irons consulter un médecin. Celui-ci nous fera faire des tests sanguins pour conclure que nous n’avions pas la malaria, pas la tuberculose ni tout autre virus. Nous avons juste un dérivé de la grippe et il nous faut encore nous reposer quelques jours, nous sommes en plein rétablissement. Nous passons une journée entière enfermée dans notre chambre, à lire et à dormir.



Ce n’est que le lendemain que nous arpentons précautionneusement les rues de la ville à la recherche de soupe dont nous n’avons lu que des louanges. Nous tombons dessus très facilement car il faut dire que les Thaïlandais érigent la nourriture, presque au rang de divinité !
Haut de page


Ce sont des multitudes de stands que nous rencontrons, vendant des soupes de nouilles, des brochettes de viande, des curry de légumes, du riz collant, des pains de riz fourrés de porc, des pâtisseries en tout genre, des œufs... et bien d’autres choses encore. A notre grande surprise, toute la nourriture est présentée telle quelle puis vendue emballée dans du plastique, que ce soit les vendeurs de rues ou les supermarchés. Nous nous installons dans un petit restaurant de rue, afin de déguster une soupe qui nous ravira. On dirait que nous avons retrouvé l’appétit !


Le lendemain nous faisions un saut au Wat Phra Kaew (Grand Palais) du royaume de Siam et au Wat Phra Kaeo (le centre le plus sacré du pays). La Thaillande est une monarchie constitutionnelle et l’on peu voir des portraits du roi et de sa famille partout dans les rues. Le palais et cet ensemble de temple boudhistes est pour nous un petit paradis aux allures de parc d’attractions. Nous nous retrouvons alors immergés dans un vrai décor de rêve, tout y est miniaturisé, féerique, malgré la chaleur accablante. Les tuiles de céramique verte et rouge luisent au soleil, les coupoles sont recouvertes d’or, les démons de miroirs colorés, un boudha de jade transparent nous sourit... Cette visite marquera le point final de notre maladie, nous étions enfin prêts à reprendre la route par nos propres moyens. C’est donc le sourire aux lèvres, que nous partons de Bangkok, à 5h du matin afin d’éviter la chaleur et la circulation, direction la côte sud-est afin de rejoindre le Cambodge. Nos premiers coups de pédales nous libèrent de quelques mois de frustrations, car aujourd’hui nous pouvons nous arrêter quand nous en avons envie, nous pouvons faire un petit écart de route afin de passer contempler un temple si nous le souhaitons. Nous avons de nouveau notre propre moyen de locomotion, la liberté !



Il nous faudra pas loin de 2h pour sortir réellement de la ville et de nous retrouver sur une nationale inondée de soleil. Notre corps perle de minuscules gouttes d’eau, des filets de sueur nous tombent dans les yeux. Vers 11h nous tombons sur un centre commercial climatisé. Nous nous y arrêtons pour nous rafraîchir un peu tout en restant bouche bée devant la multitude de stand de nourriture qui se dressent, encore une fois, devant nos yeux. Après un petit temps, enfin rafraîchis, nous repartons pour nous arrêter très peu de temps après attaqués de nouveau par les terribles rayons de soleil ardent. Et oui à cause de notre saut de l’Inde à la Thaïlande, nous ne sommes absolument plus sur le calendrier climatique que nous avions établi. Nous nous retrouvons en plein mois le plus chaud du pays. Nous nous abritons sous une petite cahute et attendons le milieu d’après midi pour repartir. Enfin le soleil commence à baisser ses gardes, les nuages s’amoncellent dans le ciel, il va pleuvoir. Nous décidons alors, de nous arrêter dans un temple que nous voyons au loin en bord de mer.



Pour atteindre celui-ci, il nous faut rouler à travers des marais sur de tout petit chemin de fortune. Arrivé au temple, Sarah demande un endroit pour planter notre tente et là, surprise, c’est toute une fraternité de moine qui nous prend en charge. Le moine du plus haut rang, nous prend sous sa protection personnelle et nous offre à dîner, nous fait faire une visite du temple et nous trouve un endroit pour dormir bien à l’abris, au-dessus de la grande salle communale de prière. C’est avec un livre de prière bouddhiste que celui-ci vient nous souhaiter bonne nuit et nous laisse dans les bras de morphée. Ce qu’il ne nous avait pas dit c’est qu’à 4h tous les moines se sont réunis pour la prière du matin. C’est donc au son des tambours et des psaumes que nous nous réveillons et auront droit à 2 heures de chants matinaux à donner des frissons.



Nous nous rendons alors compte que nous sommes de nouveau sur la route et que nous retrouvons tout ce qui nous avait pincé le cœur lors de nos différentes traversées depuis la turquie. Ravis, encore dans nos rêves, nous quittons notre hôte dans de grands Wai (salut thaïlandais, les deux mains paumes jointes devant le front), la route nous appelle, l’aventure reprend son cours...


Les photos

{ Ajouter un commentaire }

Bonne route!

{ 16:09, 4.05.2008 } { Publié par Moe }
Après toutes ces péripéties, je souhaite bonne route à Echosdd qui nous régale toujours autant par ses reportages et ses magnifiques photos, on s'y croirait à quelques détails pêts que seuls nos aventuriers auront vécus!!!!
Gros bisous et encore bonne route!

qu'il fait bon voyager

{ 15:49, 5.05.2008 } { Publié par Ener }
Bonjour,
J'imagine combien vous devez être heureux d'avoir remit les fesse sur vos selles et retrouvé ce que vous appelez la liberté.
A l'évidence, l'Inde semble être un pays où il n'est pas si facile que cela de vivre.
Mon jeune collègue et sa compagne Sino Cambodgienne et leur fillette, ont quitté la France ce 2 mai pour le Cambodge, vous aller peut-être vous rencontrer......
Je vous souhaites toujours bon courage pour la suite de votre périple très enrichissant. Mais je voudrai savoir si vous avez maigri en Inde ou pris du poids.
Cordialement
Ener

{ Page précédente } { Page 18 sur 72 } { Page suivante }

Echos DD

ACCUEIL
EN SAVOIR PLUS
ARCHIVES
ALBUMS PHOTOS

«  Septembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Partenaires

3D TERRITOIRES
EUROPA 21
ECHO WAY
ABM
Petits vélos de maurice
TWOLAMBS
MAGURA
ABUS
OREDON
PHILAMY
EUREKA!
NIC-IMPEX
Handicap International
AVENTIS
LONELY PLANET
INFO INDUSTRIES
ADVERBIA
BLOG-TERRITORIAL
DREAMSHAKE
Jules's Classic Rental
modlao

Rubriques

CARNET DE ROUTE
JOURNAL DU DD
PRÉPARATION

Derniers articles

• Echos DD c'est fini. Vive MOD !
• Un an déjà
• Les antennes fleurissent, les papillons s’y posent
• Des livres en Lao pour les enfants laotiens
• Luang Prabang, à la croisée des eaux
• Patience et longueur de temps…
• Route 1095. 762 courbes. 136km.
• Same same. But different.
• Au fil de l’eau et des soleils levants
• SALA BAÏ, l’école du riz
• Osmose, un battement d’ailes au "cœur du Cambodge"
• Entre gravures angkoriennes et clichés d’aujourd’hui, l’immuable Cambodge
• BREVE DURABLE : casser l'image de la pitié et de la charité
• Cambodge, blessures et cicatrices
• Thaïlande - Cambodge : un bond dans le temps
• Eau : source de vie
• Entre averses et éclaircies
• La route reprend son cours, en pedalant !
• Le Sikkim en fini avec les sacs plastique
• Le Sikkim, quelque chose de différent…
• La grande remontée
• Une vie pour les autres…
• Green palm : un certificat de bonne conduite écologique ET sociale !
• De retour en Inde
• Des nurseries pas comme les autres
• Flash info - cycliste Nanceien
• Les tribulations d’Echos DD au Sri Lanka
• BREVE DURABLE : Tout est bon dans l’éléphant !
• Europa 21 – Du bons sens entre les oreilles !
• Un Jardin extraordinaire
• Enfin les tropiques !
• L’espoir résolu du changement
• BREVE DURABLE : Du goudron pour du mourron
• Boules et guirlandes sur fond de cocotiers…
• Des miroirs, reflets du soleil
• Du Rajasthan au Gujarat...
• Qui a dit que les indiens ne souriaient pas ?
• BREVES DURABLES : Fast food & vente à emporter
• D’un monde à l’autre
• Mais ou sommes-nous ?
• Des grandes metropoles aux cites du desert
• Musée du Patrimoine Rural du Guilan
• Du désert aux rizières...
• Merci à l’Iran d’abriter un peuple si chaleureux
• Les derniers kilomètres en Turquie avant…
• De la mer noire aux sommets endiablés d’Erzurum
• La Joellette : du rêve a bout de bras
• Une des plus vieille route du monde
• Sur les toits de Turquie
• Changement de programme
• Enfin le grand départ
• Après 600 Km nous voici de retour
• LES JARDINS DE COCAGNE
• TWO MEN SHOW
• L'ÉPINETTE DES VOSGES : la bûche à musique
• LES BRIMBELLES
• ÉCOMUSÉE DES MINES DE FER
• Video du départ en Lorraine
• Itinéraire en Lorraine
• Équipement au complet
• Du nouveau pour la radio
• Planete DD
• Ils sont enfin là !
• On a tous quelque chose à savoir
• Un nouvel itinéraire...
• Il seront bientôt là...
• En passant par la Lorraine avec nos vélos...
• Itinéraire de 2 ans à vélo à travers l'Asie...

FLUX RSS : inscrivez-vous !



Site Meter