Echos DD

• Les antennes fleurissent, les papillons s’y posent

{ 04:12, 10.08.2008 } { Publié dans CARNET DE ROUTE } { 5 commentaires } { Lien }
Nous remontons doucement vers le nord et ses forêts primaires. A chaque passage de cols, les douces vagues des montagnes s’étendent à l’infini. Les insectes, toujours plus nombreux, organisent des concerts stridents se faisant écho d’une vallée à l’autre. Nous apprenons à les écouter, à les observer. Dès que les « cigales » au corps orange grosses comme le poing se taisent sur les versants ou que les armées de libellules rouges volent bas dans les plaines humides en nous choquant violemment de tous côtés, c’est mauvais signe. Nous devons nous préparer à un rideau de pluie qui nous rendra aveugles et grelottants.

Luang Prabang -> Nong Khiaw


Le Laos se remet difficilement des années noires de décennies de guerres et de la crise financière asiatique de 1997. Chaque village n’en possède pas moins l’électricité (disponible quelques heures dans la soirée), qui sert exclusivement à alimenter les téléphones portables ou les télévisions et leurs antennes paraboliques plantées devant chaque cabane, seule ouverture vers l’extérieur. Comme tous les médias au Laos, les deux chaînes de télévision laotiennes sont édulcorées, censurées et limitées. Les laotiens regardent donc le plus souvent les chaînes thaïlandaises ou des vidéos de karaoké.



Dès que nous rentrons dans une épicerie ou un restaurant, nous sommes directement en contact avec l’intimité des propriétaires. De la boutique de boissons agrémentée d’un unique frigo vitré au cybercafé ultramoderne, une grande partie de l’espace est occupée par le lit, la natte, les canapés ou autres chaises longues installées devant le petit écran, où toute la famille regarde de la pop laotienne récemment autorisée en 2003. Il n’y a pas de frontière, en réalité c’est la boutique qui s’installe à la maison. Pourquoi rester toute la journée derrière un comptoir alors qu’il y a les enfants à surveiller, les haricots à trier, les voisins qui passent prendre le café et une bonne série à la télé ? C’est vrai quoi ! Il nous suffit de d’un « Sabadii » sonore pour qu’une des femmes de la famille nous serve (le commerce c’est leur affaire) et reparte aussitôt à ses tâches quotidiennes. C’est toujours l’occasion de se régaler de delicieuses tranches de vie.

Udomxai -> Luang Nam Tha
-> Muang Sing




Udomxai. Les idéogrammes chinois font leur apparition. Les entreprises chinoises, n’employant que de la main d’œuvre et des matériaux chinois achèvent une autoroute qui reliera la Chine à la Thaïlande. Des milliers d’ouvriers travaillent dans la région. Ces dernières années, la Chine a investi une partie de ses bénéfices colossaux au Laos. Malheureusement cette aide est assortie de très peu de conditions. Les routes, plantations et barrages sont construits par des entreprises chinoises qui n’ont pas ou peu de considération pour les habitants et leur environnement. Contrairement à la politique des donateurs occidentaux qui, loin d’être parfaite, prend au moins en compte des facteurs comme la gouvernance et l’impact sur l’environnement, en incitant le gouvernement à améliorer son système et à investir dans le développement du pays. Parce que lorsqu’un de vos plus important donateur, première puissance de la région et investisseur dynamique est également un état à parti unique, il y a fort peu de chance que cela favorise les réformes politiques et économiques.

Haut de page





Tout comme Udomxai, Luang Nam Tha est une ville-rue toute proche
des forêts primaires de Nam Ha. La présence chinoise s’intensifie. Pour venir nous avons emprunté la fameuse route récemment construite, qui traverse les mêmes petits villages que partout au Laos. Sauf qu’il n’y a plus d’enfants qui jouent, plus de famille se baignant dans les sources, pas d’animaux. (en occident on connaît ça. ; depuis longtemps, qui laisserait aujourd’hui ses enfants s’amuser dehors ? trop dangereux). Les routes étroites et les trous favorisent toute une vie de milieu de village et surtout un certain calme. Quelques personnes accroupies devant leur porte regardent passer en trombe des camions et des voitures ne s’arrêtant jamais chez eux.



Le nord du Laos, réputé si intact, nous attriste. Certes il y a bien quelques « poches » de Zones Naturelles Protégées magnifiques où les brumes et les bruits d’animaux ajoutent au mystère de l’endroit. Cependant dans toute la province, les forêts disparaissent, victimes du florissant partenariat économique entre le Laos et la Chine (hé oui encore). Les cultures comme la banane, le maïs et le sucre de canne remplacent l’agriculture traditionnelle vivrière à mesure que progresse l’économie chinoise. Une véritable catastrophe écologique et humaine. La ZNP de Nam Ha présente une rare biodiversité en Asie du Sud-Est. Pour la richesse de sa faune et de sa flore, elle a été inscrite au Patrimoine Naturel de lAsean . Les forêts naturelles remplacées par des monocultures nuisent à la biodiversité (dont se nourrissent la majorité des laotiens) et érode les sols concernés et leur environs.



Les fortes pluies autrefois absorbées par la flore naturelle, provoquent des inondations, tuant au passage et détruisant d’innombrables hectares de terres arables. Nous ne comptons plus le nombre de coulées de boue et de terrains effondrés sur les routes. Cette région bénéficie pourtant du soutien de l’Unesco, qui a mis en place le Nam Ha Ecotourism Project , qui vise à limiter les plantations d’hévéa (caoutchouc), l’écotourisme étant à terme une activité plus rentable et plus équitable. Depuis quelques années, le tourisme est l’une des premières sources de revenus en provenance de l’étranger, dont une grande part revient à ceux qui en ont besoin, parmi les communautés les plus pauvres du pays. La visite de la ZNP de Nam Ha est un des rares projets d’écotourisme réussi en Asie du sud-est.



Nous reprenons la route du retour sur Vientiane. A Luang Prabang nous avons rendez-vous avec Nit, un des responsable et créateur de la « maison de culture Puang Champa », qui vise à sauvegarder le patrimoine immatériel laotien : sa musique, ses chants, ses danses et tous les arts qui accompagnent les représentations comme la laque des bijoux, les broderies des costumes. D’un commun accord nous décidons de rester à Luang Prabang afin d’enregistrer les anciens musiciens et de créer une plaquette destinée à faire connaître leur travail. Un mois de sédentarité. Nous en rêvions…




{ Ajouter un commentaire }

Alors venez à Berlin

{ 17:47, 10.08.2008 } { Publié par finallemande }
Bonjour Sarah et Chris,

je suis tj d´un oeil votre voyage et pars un peu avec vous pour m´évader...
De temps en temps je prends le temps - de lire vos textes et ce qui m´étonne aujourd´hui est que vous écrivez: qui laisserait jouer ses enfants dehors aujour´dhui, dans les pays de l´ouest!?"
Je ne peux que vous inviter à venir en Allemagne- et surtout á Berlin, les enfants s´y promennent tout nus dans les parcs et jardins pendant tout l´été ;-)
Vive les écolos Allemands!

En attendant avec imatiente vos enrégistrements-
cordialemen,
Céline

Oulalahitou !

{ 21:08, 10.08.2008 } { Publié par Nick the Bick }
Que le Dharma protège vos coeurs purs d'enfants libérés dans la nature, le long des chemins caillouteux et des routes chinoises où, tantôt, il fonce et ralentit

Les p'tits enfants qui galoppent

{ 12:49, 11.08.2008 } { Publié par Echos DD }
halala... Parfois on en dit trop ou pas assez ! :)

Quand on parle de danger pour les enfants de l'ouest a jouer dans la rue, il s'agit bien evidement de la circulation rapide et dense, sur des routes bien construites (c'etait l'idee a la base des routes bien lisses pour aller plus vite ;). Danger qui rattrappe maintenant les gamins du Laos. Pourtant limitee a 30 miles a l'heure, la traversee des villages avec la nouvelle route bien large, bien droite, se fait entre 80 et 100. Sans parler du bruit et du fait que ce ne sont pas les ruraux les beneficiaires de ce trafic mais les urbains...
Par contre une bonne route veut dire aussi un medecin qui arrive plus vite, des denrees moins cheres parce qu'elles mettent moins de temps a etre transportees, etc... Bref il y a du bon et du moins bon. Comme toujours.

Merci Celine, et vive les ecolos allemands aussi !!!
Et de tous les pays d'ailleurs...

Magnifique!

{ 17:20, 13.08.2008 } { Publié par Moe }
Vos photos sont toujours aussi magnifiques!!! Mais la couleur de l'eau n'est pas encourageante après l'eau turquoise que nous avions vu précedemment!
Gros bisous et bonne route, celle- ci n'a pas l'air facile tous les jours!

Merci

{ 18:09, 23.09.2008 } { Publié par olivier }
pour ce que vous nous offrez en images et en recits de voyage: une belle occasion de s'evader quelques instants.
Nostagique de soirées passées a vos côtés a luang prabang mi juillet.
bonne continuation.
Love.
olivier

{ Page précédente } { Page 3 sur 72 } { Page suivante }

Echos DD

ACCUEIL
EN SAVOIR PLUS
ARCHIVES
ALBUMS PHOTOS

«  Avril 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Partenaires

3D TERRITOIRES
EUROPA 21
ECHO WAY
ABM
Petits vélos de maurice
TWOLAMBS
MAGURA
ABUS
OREDON
PHILAMY
EUREKA!
NIC-IMPEX
Handicap International
AVENTIS
LONELY PLANET
INFO INDUSTRIES
ADVERBIA
BLOG-TERRITORIAL
DREAMSHAKE
Jules's Classic Rental
modlao

Rubriques

CARNET DE ROUTE
JOURNAL DU DD
PRÉPARATION

Derniers articles

• Echos DD c'est fini. Vive MOD !
• Un an déjà
• Les antennes fleurissent, les papillons s’y posent
• Des livres en Lao pour les enfants laotiens
• Luang Prabang, à la croisée des eaux
• Patience et longueur de temps…
• Route 1095. 762 courbes. 136km.
• Same same. But different.
• Au fil de l’eau et des soleils levants
• SALA BAÏ, l’école du riz
• Osmose, un battement d’ailes au "cœur du Cambodge"
• Entre gravures angkoriennes et clichés d’aujourd’hui, l’immuable Cambodge
• BREVE DURABLE : casser l'image de la pitié et de la charité
• Cambodge, blessures et cicatrices
• Thaïlande - Cambodge : un bond dans le temps
• Eau : source de vie
• Entre averses et éclaircies
• La route reprend son cours, en pedalant !
• Le Sikkim en fini avec les sacs plastique
• Le Sikkim, quelque chose de différent…
• La grande remontée
• Une vie pour les autres…
• Green palm : un certificat de bonne conduite écologique ET sociale !
• De retour en Inde
• Des nurseries pas comme les autres
• Flash info - cycliste Nanceien
• Les tribulations d’Echos DD au Sri Lanka
• BREVE DURABLE : Tout est bon dans l’éléphant !
• Europa 21 – Du bons sens entre les oreilles !
• Un Jardin extraordinaire
• Enfin les tropiques !
• L’espoir résolu du changement
• BREVE DURABLE : Du goudron pour du mourron
• Boules et guirlandes sur fond de cocotiers…
• Des miroirs, reflets du soleil
• Du Rajasthan au Gujarat...
• Qui a dit que les indiens ne souriaient pas ?
• BREVES DURABLES : Fast food & vente à emporter
• D’un monde à l’autre
• Mais ou sommes-nous ?
• Des grandes metropoles aux cites du desert
• Musée du Patrimoine Rural du Guilan
• Du désert aux rizières...
• Merci à l’Iran d’abriter un peuple si chaleureux
• Les derniers kilomètres en Turquie avant…
• De la mer noire aux sommets endiablés d’Erzurum
• La Joellette : du rêve a bout de bras
• Une des plus vieille route du monde
• Sur les toits de Turquie
• Changement de programme
• Enfin le grand départ
• Après 600 Km nous voici de retour
• LES JARDINS DE COCAGNE
• TWO MEN SHOW
• L'ÉPINETTE DES VOSGES : la bûche à musique
• LES BRIMBELLES
• ÉCOMUSÉE DES MINES DE FER
• Video du départ en Lorraine
• Itinéraire en Lorraine
• Équipement au complet
• Du nouveau pour la radio
• Planete DD
• Ils sont enfin là !
• On a tous quelque chose à savoir
• Un nouvel itinéraire...
• Il seront bientôt là...
• En passant par la Lorraine avec nos vélos...
• Itinéraire de 2 ans à vélo à travers l'Asie...

FLUX RSS : inscrivez-vous !



Site Meter